La croisière s’amuse 2. Le shopping de laine en Norvège

Intheloop a définitivement fermé !
Le site reste en ligne pour vous permettre d'accéder aux archives.

Ålesund, une des premières escales.

Résumé de l’épisode précédent

°Générique mélodieux faisant défiler de sublimes paysages, entrecoupés de portraits de jeunes gens blonds et souriants aux prénoms inhabituels°

Le navire vient de quitter le port de Sandnessjøen, Olav* a tout juste eu le temps de grimper la passerelle. Reprenant son souffle, il lève les yeux pour découvrir Ragnhild* qui se dirige vers lui, prête à l’enlacer.

« Oh, tu es revenu, je n’y croyais plus… Je te le jure, Ulrik* et moi, c’est terminé !

– Tu avais raison Ragnhild, ma vie sans toi n’a aucun sens. En marchant le long des quais verglacés avec mes crampons, j’ai eu le temps de faire le tour de la question : Marions-nous sans attendre ! »

Sur cette phrase, il s’agenouille devant la jeune femme blonde et lui tend un gros sac de toile de jute.
« Juste une petite attention, j’ai immédiatement pensé à toi en voyant la couleur et je sais que tu adores le mohair.
– De la laine artisanale, oh merci ! Tu me connais si bien… Marions-nous sur le bateau, tout de suite ! »

° Fondu en forme de cœur, lancement du générique de fin °

* ne rigolez pas, ce sont de vrais prénoms norvégiens !

Plus sérieusement… Voici à présent la star de cette mini-série, celle que vous attendez tous et toutes : la laine !

Quelques marques de laines

Si vous envisagez des vacances en Norvège et que vous aimez toucher, choisir et acheter de la laine, vous allez être comblés ! Il vous faudra cependant des partenaires de voyage patients ! En effet, alors que je m’apprêtais à dévaliser la première boutique croisée, de peur de ne plus en trouver par la suite, je me suis aperçue que dans les villes de taille moyenne, il n’est pas rare d’en avoir plusieurs dans la même rue.

Certaines marques reviennent systématiquement d’un étal à l’autre, il s’agit là de production à grande échelle. Cela ne veut en aucun cas dire que ces dernières sont à dédaigner ou que la qualité est moindre ! Souvent le choix des coloris ou des qualités de fil est vaste.

On trouve aisément en boutiques des pelotes de laines Drops, Viking of Norway, Dale of Norway, Sandnes Garn… Si vous croisez un grand supermarché, par exemple un Rema 1000, tentez votre chance car souvent ils abritent un grand rayon de laines, on croise entre autres les marques citées ci-dessus, mais aussi d’autres marques plus « grand public », des livres de patrons, des aiguilles circulaires de toutes tailles…

Les marques les plus connues

Rayon d’un supermarché au centre de Bodø.

Midi à Kirkenes, le maximum de luminosité disponible ! Le 21 janvier, cette année, c’était la fête du retour du soleil, nous avons eu le droit à quelques millimètres de soleil par delà l’horizon.

Honnigsvåg, totalement sous la neige !

Drops, pas la peine s’étendre dessus, la majorité des tricoteuses connaissent cette marque ! Multitude d’épaisseurs et de matières de fils, le choix est immense. Cependant, si Garnstudio est bien une entreprise norvégienne (son siège est à Oslo), la laine qu’ils commercialisent vient majoritairement du Pérou, cela leur permet de proposer des prix très attractifs pour une laine de bonne qualité. Ils proposent également des milliers (plus de 6000 en français) de patrons, tous gratuits, mettant en avant leurs fils.

La marque Viking propose pas mal de jolies laines, fantaisies ou classiques, dont la collection de laines dégradées « Nordlys » (mot qui signifie aurore boréale). Elles sont en général abordables, par exemple une pelote de 100 g de Nordlys (laine pour chaussettes 70% laine, 30% nylon) s’achète moins de 8 euros, et une pelote de 50g de laine Baby Merino (100% mérinos superwash) autour de 4 euros. Niveau tarif, Viking s’aligne plus ou moins sur Drops. Ce qui m’a dérangé c’est que sur l’étiquette trônait un magnifique « Made in China ». Dommage !

15h à Tromsø (la première grande ville au-delà du cercle polaire), la nuit est presque tombée !

Les jolies maisons colorées sur le port de Tromsø.

Dale est une marque incontournable en Norvège depuis 1879, c’est presque un emblème national ! On se rend rapidement compte qu’ils ne vendent pas que de la laine, mais aussi beaucoup de prêt-à-porter (tous Woolmark et produits en Norvège). C’est d’ailleurs Dale qui produit les vêtements officiels de l’équipe norvégienne pour les Jeux olympiques d’hiver depuis plus de 50 ans. Vous pouvez vous laisser tenter par les lignes très traditionnelles d’un tricot de la gamme « Sochi », à condition d’avoir le portefeuille bien garni, à moins que vous ne préfériez le tricoter vous-même ? Un tricot Dale à la réputation d’être coupe-vent, résistant au froid et à l’eau, respirant et s’il finit par s’abîmer, il est possible de prendre contact avec la marque pour une réparation.

Les laines Dale se trouvent difficilement en ligne, je suis déçue de ne pas en avoir rapporté de mon voyage. Leurs collections de fils sont assez classiques, majoritairement de la laine mérinos. La laine Heilo, brevetée, est la qualité la plus ancienne et la seule « pure », les autres qualités sont souvent des mélanges de matières premières venant de Norvège afin d’assurer une régularité de qualité au fil des années.

Sandnes Garn est une marque qui produit à la fois du fil pour la vente aux particuliers mais aussi pour la production de tapis, de plaids et autres articles tricotés. Contrairement à d’autres marques, Sandnes Garn ne cache pas qu’ils s’approvisionnent en Amérique du Sud, en Australie et en Nouvelle-Zélande, mettant en avant le manque de douceur de la laine norvégienne. Contrairement à Dale qui mise sur un savoir-faire traditionnel depuis des années, chez Sandness Garn c’est la modernité qui est sous le feu des projecteurs : machines high-tech à chaque étape de la production. La gamme de fils compte un peu moins de 40 références, souvent des fils unis sans fioritures, aux compositions variées : mérinos, mohair, alpaga, suri, coton… On trouve de tout et le choix de couleurs est large.

Des jolies découvertes…

Hifa est une entreprise familiale d’une vingtaine de personnes installée dans les environs de Bergen qui produit de la laine depuis 4 générations et partage un petit passé commun avec Dale. Hifa vend de la laine à tricoter à la main ou en machine, mais aussi de laine à tisser ou à feutrer. La laine utilisée comme matière première est norvégienne et est essentiellement vendue en écheveaux de 100 g (pour le tricot à la main), pas ou peu de pelotes. Cependant, certaines boutiques vous proposent la laine Hifa « caked », c’est-à-dire déjà bobinée.
Le but de cette petite entreprise est de produire des produits de qualité (ils sont approuvés Woolmark) de manière encore assez artisanale, leurs machines ont une centaine d’années et tournent encore !

à gauche : 6 écheveaux de Trollgarn de Hifa, coloris syrlig grønn
à droite : des écheveaux de laine Hjerte de Hifa, coloris mørk

laine nøstebarn, 2-ply

J’ai craqué pour 2 écheveaux de laine 2-ply, non teintée. Elle est d’une grande douceur et d’une grande légèreté.

Il existe une douzaine de références de fils, pas exemple le fil Troll se tricote en 5.5 – 6 et propose quelques couleurs funky ! J’ai craqué pour le vert fluo. Dans la boutique où j’ai acheté cette laine, elle était vendue déjà bobinée.
Le fil Hjerte (cœur en norvégien) est un fil plus classique superwash (300 m aux 100 g), qui se tricote en 2.5 – 3 et propose une belle gamme de couleurs à un prix correct, compter une dizaine d’euros l’écheveau. En main, il est bien mousseux et moelleux mais pas d’une extrême douceur. On m’a conseillé cette qualité pour le tricot de layette, mais j’étais sceptique et j’ai préféré en acheter pour me faire un pull à moi ! Surprise lors de la mise en pelotes de ces écheveaux, deux fois je me suis retrouvée avec 2 pelotes, il ne s’agissait pas d’un fil continu.


Nøstebarn propose de la laine éthique qui n’a pas subi de traitements chimiques, les laines colorées l’ont été grâce à des pigments naturels. Dans Nøstebarn, il y a « barn » qui signifie « enfant » en norvégien, il s’agit d’ailleurs de la cible principale de la marque : leurs laines sont adaptées pour les tricots pour enfants, du fait de leur côté très naturel et les modèles de vêtements proposés ont été pensés « enfants-proof ». Un certain côté « Petit Bateau » norvégien en quelque sorte ! On ne se perd pas trop parmi les 5 types de laines différentes, de la laine mérinos plus ou moins épaisse, ainsi qu’un mélange mérinos-soie. N’oublions pas la laine afin de tricoter des protections de couches lavables et l‘écheveau de soie sauvage pour renforcer les talons des chaussettes ! Voilà qui ne s’invente pas…

Cette laine « sport » est recommandée pour tricoter une « baby blanket » de 80 cm de côté, toute simple, qui nécessite deux écheveaux. Elle est présentée dans pas mal de boutiques qui vendent la marque.

La recette de la « baby blanket » toute souple et bien aérée : monter 160 mailles (fil simple) aux aiguilles 6 et tricoter au point mousse jusqu’à plus soif (on obtient une forme plus ou moins un carrée). Dans une boutique, j’ai vu cette jolie couverture finie avec une petite bordure au crochet, un point d’éventails, et je dois dire que malgré la perspective peu réjouissante d’aligner des rangs sans fin de point mousse, le résultat avait un côté doudou-régressif qui me séduit assez !

Deux écheveaux unis et un écheveau en dégradé de chez Ellens buttik.

Mention spéciale pour leurs livres de patrons, qui sont tous très jolis et inspirants, pour peu qu’on ait des enfants sous la main à qui tricoter les modèles. Par contre, c’est norvégien obligatoire…

écheveaux Leine Merino

2 écheveaux de chez Leine Merino, la 1-ply et la 2-ply.

Ellens Butikk est une boutique dédiée aux loisirs créatifs, cachée dans un mini-centre commercial dans une obscure ville dans laquelle l’Express Côtier ne s’arrête qu’une petite heure ! Sa particularité vient du fait que la patronne teint elle-même ses écheveaux en dégradé (seulement disponible dans la boutique) et propose sa ligne de laines unies pour chaussettes, 80 % laine et 20 % nylon.

Les écheveaux pèsent 100 g, ce qui représente environ 250 m de fil. Il faut compter un peu moins de 10 euros par écheveau uni, les dégradés tournent autour d’une quinzaine d’euros. La différence vient du fait que les écheveaux dégradés sont des productions artisanales très limitées, en général un ou deux écheveaux par mélange.

Leine Merino est mon coup de cœur ! Du mérinos, que du mérinos, blanc et doux et presque spongieux. Non traitée, la lanoline est encore présente sur les fibres.

Leine Merino est une ferme écologique qui compte à peu près 150 moutons, dont le premier a été ramené du Portugal en 1947. Ce pauvre mouton a d’ailleurs eu de l’arthrite avec l’âge, principalement à cause du climat très différent de celui de son pays d’origine, mais cela ne l’a pas empêché d’être le père de nombreux agneaux ! Entre temps, d’autres lignées sont venues renforcer le cheptel.
Un objectif de Leine Merino est de proposer de la laine de qualité d’une épaisseur inférieure à 25 microns.
À titre de comparaison, les races norvégiennes tournent autour de 32 microns.
Il n’y que 4 sortes de laines disponibles : de la 1-ply à la 4-ply, sous forme d’écheveaux de 100 g mais aussi en bobine de 500 g pour la laine 1-ply et la 2ply. Compter 15 euros l’écheveau de 100 g et moins de 65 euros la bobine de 500 g.
Je n’ai pas pu résister, j’ai craqué pour la 1-ply et pour la 2-ply, un écheveau de chaque sorte, j’en aurais certainement acheté plus si la boutique dans laquelle je me trouvais avait proposé toutes les qualités. J’aurais adoré visiter la ferme, mais elle se trouve dans les terres.
La bonne nouvelle est que la boutique en ligne proposera l’envoi à l’international, même si le site n’est pas encore tout à fait complet.

Autres marques

Il s’agit là de marques vues mais pas forcément achetées, et sur lesquelles je n’ai pas « enquêté » en profondeur. Cependant, elles me semblaient intéressantes et méritaient d’avoir leur place dans cet article.

Du Store Alpakka annonce la couleur : ils sont les spécialistes norvégiens de l’alpaga du Pérou depuis plus de 10 ans. Ils vendent aussi des boutons faits à la main au Népal, et les 14 qualités différentes de fils ne sont pas qu’en alpaga, on y trouve aussi du coton, du nylon et encore de la soie. Cela reste une entreprise à taille humaine, d’une dizaine de personnes.


Une autre marque croisée à plusieurs reprises mais dont je n’ai pas ramené d’échantillons : Rauma.
Rauma souhaite se placer un peu aux côtés de Dale, produire de la laine de qualité à partir de matières premières norvégiennes. Leur but est qu’un tricot Rauma sera porté et résistant pendant des années.
La petite usine, créée en 1927 n’est au début qu’une maisonnette dans laquelle travaillent 3 personnes, qui a été détruite pendant la Seconde Guerre mondiale mais reconstruite peu de temps après. Depuis les années 70, les installations se modernisent régulièrement. C’est aussi à cette période que Rauma rachète Roros Tweed, spécialiste en ameublement (rideaux, plaid…).  Rauma doit avoir la gamme de choix la plus impressionnante, il suffit de regarder sur leur site ! La majorité sont des laines de moutons mais on trouve également de l’alpaga ou du coton.
La laine Rauma est essentiellement vendue dans les boutiques Husfliden ou directement dans leurs locaux.

Au prochain épisode

Olav continuera de raviver la flamme dans le cœur de sa tendre Ragnhild, en effet, il connaît pas mal d’adresses de boutiques de laines le long de la côte. Dans l’épisode 3, Olav lui fera visiter ses adresses préférées afin qu’elle trouve la laine qui lui convient pour commencer à tricoter le voile en dentelle qu’elle portera pour leur mariage.

À très bientôt pour le 3e et dernier épisode de cette mini-série : Retour au port les bras chargés de laine.

Print Friendly

 

 

 
Anne
AnneCouture ou tricot ? Pas facile de choisir ! La couture est mon premier amour, mais depuis que je suis tombée dans un sac de pelotes duveteuses, voilà tout juste 2 ans, j’ai du mal à m’installer devant ma machine à coudre alors que je peux me lover dans mon canapé, enroulée dans un plaid, à tricoter en rond un pull. J’aime la diversité : les formes, les couleurs, les matières et les techniques. Dans la mesure du possible, j’essaye de choisir des projets qui me feront progresser, mais je ne suis jamais à l’abri d’un coup de cœur.

| http://ouipatrons.com| Mon profil Ravelry | Tous mes articles |



6 commentaires sur "La croisière s’amuse 2. Le shopping de laine en Norvège"

  1. flamant dit :

    merci pour tous ces renseignements. je pars faire une croisiere avec l’express côtier en mai et vos articles me passionnent! j’attends la suite avec impatience!

  2. Marylène dit :

    Merci pour ces articles, je vais regarder de plus près certains sites.

  3. monique dit :

    Toutes ces merveilleuses laine!!!!!j’ai envie d’apprendre le norvégien et de m’expatrier, surtout qu’ici je n’ai qu’un seul marchand de laine « phildar » pour ne pas le nommer.
    J’aime voir la laine de prés avant de l’acheter et la toucher la savourer…….
    Merci beaucoup pour vos articles et ENCORE!

  4. Marinette dit :

    Takk, comme on dirait là-bas!
    Super article, bien complet;
    J’y retourne ( sur l’article et en Norvège!)

  5. Catherine dit :

    Magnifique article ! Et quel dommage, que vous n’ayez fait ce voyage en janvier 2013, j’aurais dévalisé les boutiques en août 2013 ! Une raison, parmi beaucoup d’autres, pour retourner en Norvège.

  6. Ellsand dit :

    Depuis le temps que j’ai envie d’aller en Norvège… Tu aggraves brutalement mes symptômes, là ! J’adore cet article passionnant (je parle aussi de l’épisode 1) et j’attends la suite avec impatience. ;)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

2012 - 2014 Intheloop.fr   ||   Licence Creative Commons (CC BY-NC-ND 2.0 FR)   ||   Mentions légales