Tricoter en Anglais: Why not ?

Intheloop a définitivement fermé !
Le site reste en ligne pour vous permettre d'accéder aux archives.

Aujourd’hui, je ne vais pas vous parler spécifiquement de chaussettes, mais d’un autre sujet qui me tient à cœur : le tricot en anglais!

 Bien souvent,  j’entends : « Tricoter en anglais c’est terrifiant. »  « Je tricote en français depuis des années, j’ai peur ou je n’ai pas envie de devoir tout changer, de devoir tout réapprendre ou de tout perdre. » « Je vais attendre/demander/réclamer/payer une traduction en français du modèle qui me fait de l’œil », « Un tuto en français serait le bienvenu », « J’adore ce modèle, malheureusement il n’est disponible qu’en anglais »….

Et si vous essayiez ? Je crois pouvoir affirmer sans me tromper que tous ceux qui ont osé franchir le cap du tricot in english, n’ont jamais regretté leur audace ! Ce petit article devrait vous aider à vous lancer. Il sera suivi de conseils pratiques dispensés par Lydia, la traductrice pro.

 

 

Guide de survie pour le Knitting in English :

Prêt(e)s à vous jeter à l’eau ? Commencez soit par un type de projet qui vous est familier, soit par un projet dentelle ou torsade (les symboles des grilles sont universels), soit par un patron anglais qui a été traduit en français (et pas l’inverse) pour pouvoir vous référer à la VF en cas de doute.

Règle n°1 : Ne paniquez pas ! Vous avez fait des choses bien plus difficiles dans votre vie.

Règle n°2 : Ne regardez pas le sommet de la montagne à atteindre mais le chemin que vous allez prendre. C’est-à-dire, prenez les instructions telles quelles, comme elles viennent, étape par étape au lieu de vous faire tout un fromage, d’une petite page de rien du tout.

Règle n°3 : Apprenez par cœur un minimum d’abréviations pour lâcher votre lexique : K, P, K2tog et ssk font parti du « kit de base ».


Règle n°4 :
Vous savez probablement déjà faire tout ce qui est écrit, sauf que ça porte un autre nom. (Les lexiques et Google Tanslate sont là pour compléter si besoin).

Certain(e)s traduisent intégralement par écrit avant de commencer à tricoter. Personnellement, je préfère traduire « à vue » et éventuellement chercher quelques mots qui me manquent. Je suis tricoteuse, pas traductrice. Je préfère faire des mailles plutôt que de gratter du papier. En plus, des erreurs peuvent se glisser lors de votre traduction…

Règle n°5 : Peut-être préfèrerez-vous un patron rapide à exécuter. Plus vite vous finissez, plus vite vous aurez le sentiment d’avoir réussi, et donc, vous pourrez vous lancer dans un projet plus important, une fois les premières frayeurs passées. Un patron qui fait fureur en ce moment : LE Color Affection (le plus dur c’est de choisir les couleurs!)

Règle n°6 : Osez ! Que risquez-vous ? Ce n’est jamais que deux aiguilles et un bout de laine !

Règle n°7 : Savourez avec fierté ! Vous êtes affranchi(e)s ! Félicitations! You are a Knitter ! (pas besoin de prononcer le K au fait)

À la découverte de nouvelles techniques qui peuvent vous simplifier la vie…

Beaucoup de modèle anglo-saxons sont innovants en matière de technique. Pour ne citer qu’un exemple, n’avez-vous jamais pesté contre les interminables coutures de votre pull en cours ? Il existe pourtant des pulls ou gilets fait d’une seule pièce, qui ne nécessitent aucune couture! Top down ou bottom up (de haut vers le bas ou l’inverse), quand la phase de tricot est terminé, vous pouvez le porter immédiatement! (après avoir rentré les fils quand même!)

L’avantage est aussi de pouvoir essayer votre ouvrage au fur et à mesure et de pouvoir l’adapter si nécessaire.  Des emmanchures raglan d’une pièce, des manches sans couture aucune,  un bonnet idem, les chaussettes, tout cela est possible grâce à la technique du tricot en rond! Les aiguilles circulaires c’est quand même super chouette!

Les designers anglophones qui font un malheur en ce moment sont à la pointe de la « technologie tricot » et continuent à chercher et à inventer de nouvelles techniques. (Par exemple: Avez vous entendu parler des emmanchures « Contiguous » de Suzie M ?)  Heureusement, certains créateurs français indépendants ont eu la bonne idée de s’inspirer de la technique anglo-saxonne. Ces designers sont d’ailleurs des gens comme vous et moi, qui tricotaient en français avant de se  plonger dans l’univers du knitting… S’ils y arrivent, pourquoi pas vous ?

Laissez-vous guider…

Le saviez-vous ?

Vous ne seriez pas les seul(e)s à faire la démarche de tricoter dans une autre langue, puisque certains anglophones cherchent à tricoter en français!

Il existe même des tricoteuses françaises qui tricotent des patrons de tricot en japonais sans savoir lire un kanji !

Les patrons en anglais comportent toujours un petit lexique avec nom et explication pas à pas des termes employés, ainsi que des instructions précises sur  « comment et où faire quoi » (il y a parfois même des liens vers des vidéos explicatives) : ça fait du bien !

Ils nous prennent par la main, et nous expliquent tout en détail, sans nous laisser dans le flou. (J’ai davantage progressé en technique depuis que je tricote anglais !) Ils ne vous diront pas: « Faites une boutonnière » sans plus d’explication sur l’endroit ou la technique employée. Pareil pour les augmentations/diminutions (il en existe des tas!), et tout est détaillé!

Il existe des forums sur Ravelry où les autres utilisateurs du monde entier partagent leurs impressions, difficultés ou astuces sur les patrons qu’ils tricotent. Le partage de toutes ces expériences est vraiment très instructif quand on démarre ou face à une difficulté sur un ouvrage. Le problème ou le doute que vous rencontrez sur un patron est très probablement partagé par quelqu’un d’autre que vous, et il/elle a peut être trouvé une solution et la partage volontiers!

And last but not least, les designers anglophones sont souvent très disponibles et répondent avec plaisir aux questions qui leurs sont posées. Il y a un S.A.V. !

Vous avez l’embarras du choix…

La grande majorité des patrons disponibles sur Ravelry sont écrits en anglais. Même les autres étrangers (donc autres que nous) tricotent en anglais, alors pourquoi pas vous ? La chronique le Buzz de Ravelry vous présente beaucoup de modèles anglophones. Ne trouvez-vous pas dommage de renoncer à tricoter un modèle que vous adorez, juste parce qu’il est en anglais ?

Rien que sur Ravelry, il existe pas loin de 200 000 patrons en anglais, contre environ 11 500 en français. Tous ces patrons français ne sont pas forcément une traduction d’un modèle anglais. Et certains designers étrangers, refusent que leurs modèles soient traduits. Si, si, ça arrive. Mais si vous voulez absolument ce patron et qu’il n’existe qu’en anglais ?

Vous le savez déjà, mais les erreurs sont souvent fréquentes dans les patrons. La plupart du temps, des erratas sont publiés sur les sites des éditeurs. Mais les traductions françaises de livres ne suivent pas forcément. J’en ai fait l’amère expérience lors de mon tout premier pull, ce qui aurait pu tourner à la répulsion définitive si je n’avais pas décidé de « l’encaisser ». Depuis, je préfère me référer à la source chaque fois que c’est possible.

En vous mettant au tricot in english, vous « couvrez » le marché anglophone et francophone. Deux langues = deux fois plus de patrons. Hééé oui ! Plus besoin d’attendre des mois, ou en vain, qu’une traduction sorte. Vous êtes libres de tricoter ce qui vous plaît au moment où ça vous plait. Ça c’est quand même le gros avantage. C’est l’in-dé-pend-an-ce !

  

Si ça peut vous consoler ou vous encourager, beaucoup de tricoteuses françaises (dont je fais partie) ont commencé par le tricot en français. Je ne vous cache pas que c’est troublant et intimidant de se lancer en anglais (surtout que moi, en plus, je débutais aussi en tricot!). Mais voilà, c’est justement ça, il faut oser se lancer! Je vous promets que vous en êtes capables et que vous ne le regretterez pas!

 

PS: Cet article n’est en aucun cas là pour dénigrer le tricot français. Nous avons une tradition française du tricot que j’aime et que je respecte mais je tenais à vous faire partager mon expérience du knitting in english.

Ça y est ? Vous avez essayé ? Vous voyez, ce n’était pas si terrible ! Et c’est tant mieux, parce que la prochaine fois, je vous parlerai d’un bouquin américain de chaussettes absolument gé-nial ! Entre temps, j’essaierai de vous écrire le patron que je vous ai promis (il est actuellement en cours de préparation et de test)

 



Photos : DonaKnits

Print Friendly

 

 

 
DonaKnits
J’ai appris à tricoter par hasard il y a quatre ans: une amie m’a aidé à monter mes premières mailles. Le reste, je l’ai appris dans les livres et sur internet et un peu aussi au fil de mes rencontres. Mon ouvrage de prédilection: les chaussettes! J’en ai toujours, quoi qu’il arrive, une paire sur mes aiguilles. J’ai également tendance à accumuler la laine à chaussettes, je suis toujours à la recherche du « fil parfait ».

| http://donaknits.blogspot.com/| Mon profil Ravelry | Tous mes articles |



56 commentaires sur "Tricoter en Anglais: Why not ?"

  1. Emma dit :

    Oui je me suis lancée et suis très fière. C’est un joli défi à se lancer . Et il y a youtube aussi qui peut aider pour les techniques anglaises dont on ne connait pas la traduction exacte en français…

  2. Catabou dit :

    Cela fait un an que je me suis lancée et depuis plus rien ne me fait peur!
    Pourtant mon anglais scolaire datait de 20 ans mais pas besoin d être une pro de l anglais !
    Je savais déjà tricoter mais grâce au tricot anglais, j ai découvert pleins de techniques
    Un bon lexique tricot et surtout YouTube ! Et hop, à moi châle dentelle , gilet top down et chaussettes!
    Pour les vidéos en anglais, pas besoin de comprendre ce que disent nos copines anglophone , il suffit de regarder
    Ce sont d ailleurs ces vidéos qui m ont le plus aidé

  3. dodiepsi dit :

    Une fois le cap passé c’est un vrai plaisir de tricoter en anglais, je trouve tout clair et plus concis! Du coup, je n’arrive plus à discuter avec mes copines tricoteuses en français, tous les mots me viennent en anglais! :)
    et le top down et seamless, un pur bonheur!

  4. maminie dit :

    Mon anglais datant de 40 ans, je me suis lancée dans les châles, avec un peu d’attention on y arrive, maintenant une veste? surtout que les traductions ne sont pas toujours évidentes et claires. Les explications vidéos aident beaucoup et sont très claires pas besoin de parler anglais pour comprendre et on peut y revenir sans cesse. J’avoue que les modèles que l’on trouve sur Ravelry en anglais sont originaux. Un très bon point pour ce site.
    Même si je ne suis pas du tout nationaliste, je préfère malgré tout les explications françaises, et c’est pourquoi ce que je déplore le plus c’est le manque de créativité dans le tricot français, on a besoin de dépoussiérer.
    C’est vrai que chez nous « tricoter » est encore considéré comme une activité de « mémé » et moi qui voyage très souvent en train, les gens me regardent comme si je venais d’une autre planète
    Vive le tricot dans toutes les langues.

  5. bidulAmoi dit :

    Ah là là…
    Il faut vraiment que je me lance!
    C’est vrai qu’il y a tellement de jolis modèles non traduit…
    Je vais bien finir par céder… mais quand…
    L’anglais et moi ça fait 2 mais avec tous ces conseils avisés, j’ai presque moins peur… ;)

  6. Luann dit :

    Je me suis lancée dans le tricot en anglais avec la découverte de ravelry (il y a 4-5 ans) et depuis…j’ai du mal à tricoter en français!
    je trouve les expressions anglaises plus parlantes : je visualise bien mieux quoi faire devant un « SSK » qu’avec « surjet simple »…
    par contre j’aime bien avoir un schéma avec les différentes hauteurs (savoir quand faire un changement après XX cm (ou inches) et pas seulement le nombre de rangs (ça doit venir de ma fâcheuse manie de ne pas utiliser le bon fil…)
    Et pour les schémas, les japonais sont supers bons : on peut tricoter un modèle sans comprendre plus de 2 signes : maiile et rangs…. pour le reste, tout est dans le diagramme !
    Bref, je suis bien contente d’avoir commencé à tricoter en langue étrangère…ça ouvre des horizons nouveaux, et en cas de problèmes, on détricote !

  7. Depuis que j’ai touché au tricot en anglais, je n’ai plus envie de revenir au français.
    Et même s’il existe une VF du patron, je vais prendre la VO, je trouve ça bien plus facile à lire, c’est beaucoup plus concis.
    Il suffit effectivement d’intégrer les codes de base que tu cites dans l’encart,et ensuit roulez jeunesse :)

    Le lien « chez plum » est très amusant à lire, c’est justement ces « K » et « P » qui m’ont plu direct dans les modèles en anglais ^^

  8. piloo dit :

    merci ça donne vraiment envie de se lancer
    promis je vais essayer !

  9. Emmanuelle dit :

    Je n’avais jamais « tricoté en anglais » jusqu’à mon inscription sur Ravelry. Mais devant tant de nouveaux modèles, je m’y suis lancée. Et c’est vrai que ça n’est pa si compliqué que ça. Avec un lexique pour commencer, on se fait assez vite aux abréviations. Il faut parfois convertir des pouces en cm. Mais le « dépaysement » n’est pas uniquement dans la langue, mais dans la manière de présenter les choses. Les patrons anglo-saxons manquent parfois de schémas et de diagrammes. Mais c’est une source qu’il serait dommage de négliger.
    A propos du tricot en japonais, je confirme qu’il n’est nul besoin de connaître le japonais pour suivre un modèle de tricot : toutes les explications sont dans les schémas, qui sont standardisés. Si l’on sait suivre un diagramme dans un catalogue Phildar, on saura sans problème suivre un modèle dans un catalogue japonais. De plus, je trouve que les modèles japonais sont sublimes (pour moi, c’est le top du top). Mais cela mériterait sûrement un autre article. En attendant, voici quelques notes sur la question : http://www.boitamalice.net/index.php?post/2009/01/10/Modeles-de-tricot-japonais

  10. J’ai vécu tout ce que tu décris et maintenant même pas peur! Je traduis même les patrons et diagramme français en anglais: Ca s’écrit plus vite K, P K2tog que tricoter 2 mailles ensembles… (certains patrons ont be »soin d’être réecris parfois…)
    Merci pour ces articles!
    Gros bisous

  11. Svanhild dit :

    J’avais très peur aussi de me lancer dans le tricot en anglais, surtout quand j’ai débuté. Au fur et à mesure de mes pérégrinations sur les blogs de tricot je me suis rendue compte que les modèles qui me plaisaient le plus étaient pour la plupart en anglais -_- Du coup, j’ai cherché un lexique et je me suis lancée! En ce moment je m’attaque à la « Sugared Violet Scarf » que je me suis amusée à traduire avant ^^ Non seulement on apprend de nouvelles techniques mais en plus, ça fait travailler l’anglais ;)

  12. plouf_le_loup dit :

    complètement d’accord ! je tricote et crochète en anglais aussi depuis des années (suite à l’impossibilité de trouver en français un modèle trop trop tentant), et à ma grande surprise, non seulement ça roule tout seul, mais ça aide à prendre une incroyable confiance en soi ! =^.^=

  13. Comme beaucoup j’avais très peur de me mettre à tricoter en anglais, vu que mon niveau d’anglais est assez bas .. Mais je me suis lancée, et j’ai trouvé sur le net un petit dico tricot anglais – français qui m’aide bien !
    Si vous voulez l’avoir aussi je l’ai mis sur mon blog, dans le bas de cet article :
    http://homemademoiselle.wordpress.com/2012/05/07/envie-de-douceur-et-dun-peu-de-chaleur/

  14. christelleb78 dit :

    J’ai commencé à tricoter il y peu de temps et comme toi, quasi-simultanément, je me suis mise au tricot en anglais, tentée par tous ces merveilleux modèles sur Ravelry… A tel point que je suis un peu larguée en tricot français et que j’ai besoin de traduire mais dans l’autre sens pour bien comprendre ce que je dois faire!!

  15. calinea87 dit :

    J’ai testé l’anglais avec un modèle traduit en français pour pouvoir revenir au français quand je bloquais sur la version in english. Je continue régulièrement à tricoter en anglais si bien que pour certains termes je ne prends même plus mon lexique : l’expérience que ça s’appelle.
    De ce fait, j’ai même tenté le tricot en danois et là c’est un autre sport, déjà rien que pour trouver un lexique.

  16. Je tricote beaucoup en anglais…
    les mots sont toujours les mêmes…et avec un petit lexique on y arrive tres bien..Et puis, il y a toujours une bonne ame pour aider lorsque l’on ne comprends pas bien une expression ;o)

  17. Lilo dit :

    Je préfère même tricoter en anglais qu’en français maintenant! Je trouve leurs explications bien plus claires et j’écris même mes modèles avec les abréviations anglaises avant de les taper en français!

  18. annette dit :

    Je me suis lancée, je regrette pas… mais est-ce que vous sauriez où trouver des lexiques tricot pour d’autres langues ? sur Ravelry ? Parce que j’attends désespérément la traduction en anglais d’un patron disponible en… danois (je sais, je deviens téméraire !).

  19. Entièrement d’accord !
    Un jour j’ai craqué sur un modèle qui n’existait qu’en anglais … je l’ai soigneusement imprimé et rangé dans un coin en me disant « un jour, peut-être que j’y arriverai … »
    J’aime les défis, c’est vrai, mais je pensais celui-ci un peu hors de portée avec mon niveau lycée qui commençait à bien dater. Et bien pas du tout : en commençant avec des choses un peu plus faciles, je me suis très vite rendue compte qu’en fait, c’est vachement plus facile ! Le tricot en anglais m’a ouvert les portes de tout un monde de techniques dont je ne soupçonnais même pas l’existence, et depuis je me régale. Sans compter qu’avoir des mots différents pour « tricoter à l’endroit » et « tricoter à l’envers », ça simplifie drôlement les explications.
    Le vocabulaire de base est toujours le même, on l’intègre donc très rapidement.
    Mes deux frangines s’y sont mises aussi, et partagent mon avis. Alors, foncez !!

  20. alexandra dit :

    je n’ai pas un trop mauvais niveau en anglais c’ets plus par paresse intellectuelle que je ne me lance pas , il faudrait vraiment que je tombe sur LE modéle qui me pousserait à franchir le pas .

  21. lilipivoine dit :

    J’ai eu beaucoup d’appréhension, ce n’est pas toujours évident mais les modèles sont tellement plus sympa,avec un lexiqueon y arrive.

  22. Emy dit :

    Bel article ! Il faut juste trouver sa petite astuce pour se familiariser avec les abréviations en anglais… mais une fois lancé c’est un vrai plaisir de tricoter en anglais ! Ca m’arrive d’utiliser des abréviations en anglais pour retranscrire un patron en français.

  23. Odile dit :

    Mêmes impressions que les lectrices précédentes. C’est avec Ravelry que j’ai commencé à tricoter en anglais; c’est vrai que leur abréviations sont idéales quand on doit écrire un modèle.
    J’attends avec impatience l’article sur le livre chaussettes, c’est mon péché mignon et je viens de terminer un modèle de Folk socks pour DH!

  24. Lynn in Tucson dit :

    Tout vrai! Ceux-ci sont aussi des bons conseils pour nous (anglophones) qui veulent tricoter en francais!

  25. Je n’ai pas encore tenter, mais a vous lire cela ne semble pas si compliqué !!! Je suis donc preneuse de liens pour traduire un éventuel modèle!

  26. lauren dit :

    Merci pour cet article qui démystifie le tricot en anglais… je termine mon ouvrage et je me lance…

  27. sylvchezplum dit :

    Héhé, voilà qui devrait en motiver quelques unes à franchir le pas, chouette ! Les abbréviations en anglais sont tellement plus concises et pratiques :-P
    Et merci d’avoir cité mon article « knitting from the french »… écrit par une française donc ! (mais je sais, mon site est en anglais, pas facile de s’y retrouver..)
    En tout cas bravo pour le mag, et cet article !

    Sylv

  28. Jeanne dit :

    Je me retrouve dans cet article et tous ces commentaires. Les techniques proposées en anglais sont très enrichissantes. Et il suffit d’un petit peu d’anglais au départ. J’ai été ébahie quand j’ai commencé à utiliser les modèles en anglais de voir la richesse de la technique, et la finesse des détails qui permettent des réalisations très abouties. Un simple exemple, les différentes façons de faire des diminutions ou des augmentations, du côté droit ou du côté gauche, selon le rendu désiré. Je suis aussi du même avis que Luann qui « visualise bien mieux quoi faire devant un « SSK » qu’avec « surjet simple » ».
    Un site dont voici le lien http://www.garnstudio.com/lang/fr/kategori_oversikt.php
    peut peut être donner un coup de pouce à celles qui hésitent encore. En effet, les modèles sont traduits en plusieurs langues. Il suffit de comparer. Et tous les modèles sont gratuits.
    Bravo pour cet article.

  29. annie35 dit :

    Aucune excuse pour ne plus se lancer !! Mes dernières leçons d’anglais remontent à 50 ans, mais j’ai réussi à faire un bonnet ! Pas de quoi pavoiser, mais c’est un début et il y a tant de modèles tentant et originaux !!! Allez, on y croit !

  30. Charlène dit :

    J’ai découvert le tricot en anglais il y a quelques mois en même temps que Ravelry. Et j’ai aussi appris de nouvelles techniques. J’ai fait des études de traduction donc c’est vrai que ça aide un peu de ne pas avoir peur de la barrière de la langue, mais je pense vraiment qu’en effet le tricot en anglais est accessible à un grand nombre car en français non plus ce n’est pas de la grande littérature, c’est du technique donc très répétitif. Il suffit de s’armer d’un lexique (et de quelques vidéos explicatives). J’ai même franchi un pas de plus, j’ai traduit vers l’anglais le patron d’une petite housse en crochet (mais je ne sais pas si elle est exacte, je n’ai eu aucun retour jusqu’à présent).
    Merci pour ce nouvel article. J’attends avec impatience celui sur le livre de chaussette, j’ai acheté ma première pelote de laine chaussette (depuis l’article à ce sujet), je me lance très bientôt!

  31. Olivia dit :

    C’est drôle. Moi j’ai appris à tricoter (il y a peu) en anglais et ce sont les patrons en français qui m’angoissent! Mais comme j’ai acheté le (petit) artichaut, pour être puriste, je vais utiliser cet article pour m’inciter à le faire en français! :)

  32. Pascale dit :

    Et bien voilà, après un tel article (de qualité, comme toujours sur ce site!), je n’ai plus d’excuse pour ne pas m’y lancer aussi. Alors j’ose vous demander, à vous toutes un conseil : quel est le premier modèle idéal pour commencer avec des explications en anglais….je suis prête à tricoter de la layette ou un beau gilet top down femme ! merci !

  33. Sara dit :

    Tricoter in english, je crois que vous êtes en train de me convaincre, je suis une tricoteuse infatigable même après de très grosses journées de travail
    Bonne fête du tricot à toutes les knit addict sisters

  34. [...] simple et plus accessible que le tricot  en français » (précisions sur In the loop)… ce qui me semble encore assez obscur actuellement mais Lets go all the way! Enfin je [...]

  35. Sylvie dit :

    Moi,aussi je preferre tricoter en anglais k2tog c’est bien plus court et plus facile que tricoter 2 mailles ensemble et puis tout est bien,expliqué , plein de techniques á découvrir . Avec un lexique pas de problème , la technique vous savez tricoter donc lancer vous….

  36. Agnès dit :

    Je ne tricote pratiquement qu’en anglais, en fait, je préfère même tricoter en anglais, car la langue « tricotique » anglaise est beaucoup plus simple et plus claire que son équivalent en français.
    Comme beaucoup, j’ai découvert des tas de techniques, que j’utilise énormément comme le « Top Down » ou le « Bottom up » car je déteste coudre mes pulls ou cardigans, donc la solution est toute trouvée.

    Le tricot en anglais n’est pas difficile, il existe des tas de lexiques, mais je comprends que cela puisse rebuter quelqu’un ne parlant pas anglais.

    Quant aux designers qui ne veulent pas que leurs modèles soient traduit, c’est aussi pour être à l’abri des éventuelles erreurs de traduction (c’était courant en fait avant notamment sur le magazine tricot Burda, car automatiquement c’est le designer qui est responsable.

    Bonne soirée

    Agnès
    Agnès

  37. bessie dit :

    j’ai longtemps hésité …mais devant ces merveilleux modèles notamment sur ravelry je me suis lancée et je ne le regrette pas …je dirai même que je préfère tricoter dans cette langue ….un bon lexique, un dico et let’s go !!! en tout cas merci beaucoup pour ce site qui déborde de conseils et d’idées

  38. Marie dit :

    Peut-être pourrions nous créer une rubrique spécifique « tricot-traduction » dans « in the loop » pour nous entraider entre ‘récalcitrantes’ à l’anglais ou autre langue et bonnes routardes linguistiques. Alimenter les lexiques existants pourrait être une façon de ne pas stigmatiser les ‘non rodées’ aux langues.Y a-t-il des résistances juridiques à cela ?

  39. Vanessa dit :

    J’ai eu beau commencé à tricoter en français, j’ai adopté l’anglais assez vite et en ai de suite préféré les instructions que je trouvais plus claires.

    Bon, il est vrai qu’être prof d’anglais aide bien mais en fait, ce n’est qu’une question de vocabulaire. Comme déjà dit plus haut, je trouve qu’il est plus facile de lire des « K2 P3″ que « 2 m end, 3 m env ».

  40. mamifoise dit :

    il faudrait que j’essaye mais mon anglais est très loin et mauvais!!!!!!!
    Amicalement
    Mamifoise

  41. Sylvie BG dit :

    Bonjour,
    J’étais déjà convaincue par l’english knitting mais là, je le suis deux fois plus ! ;-)
    J’ai aussi commencé le tricot en français et c’est un modèle de mitaines absolument irrésistibles qui m’a obligée à me lancer dans la version anglaise. Je n’ai jamais eu à le regretter !
    Un lexique à côté du patron « in english » et c’est parti.
    On trouve des lexiques tricot français-anglais très facilement sur le net ; votre moteur de recherche vous trouvera ça !
    Très bon tricot à toutes !
    Sylvie.

  42. linotte dit :

    j ai depuis un bon mois les explications de l affection color… c’est deja un grand pas pour moi mais je n arrive pas a me lancer c’est terrible ! cet article me remet un petit coup de pied aux fesses merci, mais je n ai pas encore choisi les tons est ce que je vais oser démarrer avant l hiver…mystere et boule de gomme !!!

  43. Tricotenfolie dit :

    Bonsoir, je viens de découvrir votre article que je trouve passionnant. Je suis très tentée par pleins de patrons en anglais et c’est vrai qu’il suffit de se lancer :)
    Je vais bientôt essayer !!

  44. [...] Tricoter en Anglais: Why not ? [...]

  45. Luciole42 dit :

    Coucou je découvre votre blog et je le trouve très intéressant =). Il existe plein de modèle en anglais qui me tente mais je n’ai pas encore osé franchir le pas du tricot en anglais, sa viendra sans doute un jour ^^.
    Bonne soirée
    Lucie

  46. [...] au départ car c’était mon premier pattern en anglais. Mais finalement il suffit de suivre le guide de survie d’In the loop et se pencher un peu sur un dico. Puis, le motif est facile à enregistrer. [...]

  47. [...] Tricoter en Anglais: Why not ? Chaussons [...]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

2012 - 2014 Intheloop.fr   ||   Licence Creative Commons (CC BY-NC-ND 2.0 FR)   ||   Mentions légales