Nom de code : Boulet

Intheloop a définitivement fermé !
Le site reste en ligne pour vous permettre d'accéder aux archives. Les commentaires et le forum ont été désactivés.

Le secret le mieux gardé de tous les pratiquants des arts de la laine ou du fil, va vous être révélé dans cet article. L’ouvrage boulet, vous ne connaissez pas ? Cela m’étonnerait fort. Allez, chassez de votre subconscient toute crainte, oubliez les objectifs de la réussite obligée de notre société et lisez les quelques lignes qui suivent, vous allez à un moment ou un autre vous reconnaître.

Il y a un secret qui plane de façon insidieuse dans toutes les maisons où des aiguilles ou des crochets s’activent. Un fait que certains ou certaines confient après des années d’approches ou que d’autres tairont à tout jamais comme un tabou. Pourtant, il est là, il existe. Il peut même se multiplier et il y a une grande chance que vous en ayez un aussi.

Un Cria débuté il y a 2 ans et  abandonné après avoir réalisé qu’il ne serait jamais porté, car il ne correspondait pas à ma morphologie…

Le projet boulet

Il y a mille et une façons pour qu’un projet commencé le cœur fébrile se transforme en un poids considérable camouflé comme la honte la plus grande de votre vie. Allez, n’ayez plus peur, sortez le de son repaire et confiez vous. Je suis sûre que Stephen West, Debbie Bliss, Martin Storey, Kate Davies voir même Kaffe Fassett ont connu dans leur carrière un ouvrage boulet, tout comme moi simple petite tricoteuse.

Le boulet est au départ un ouvrage tricot ou crochet qui vous plaît. Vous le tricotez ou crochetez avec plaisir. Puis pour des tas de raison, il va stagner, ne plus avancer, ne plus être approché et être rangé au fil des mois dans des endroits de plus en plus secrets, jusqu’à ce qu’il tombe dans l’oubli. Il se rappelle à vous quand vous commencez un nouveau projet et vous vous dites qu’il faudrait bien le reprendre mais le nouveau est là et vous ne pouvez lui résister.

Pourquoi est-il devenu un boulet  ?

Une écharpe abandonnée piteusement après avoir réalisé que le mohair tricoté en double ne se défait pas facilement, et qu’il manquait une pelote pour le finir…

Mais pour des multiples raisons. Il y a les ouvrages abandonnés au moment de la fatidique période de l’assemblage. Combien d’entre vous ont en leur possession des pulls, des gilets, des plaids à qui il ne manque que la couture ? Je connais des personnes qui ont tricoté toutes les pièces de leur ouvrage et qui ont chuté face aux boutons, voir à la terrifiante fermeture éclair ! Moi, j’ai banni de tous mes projets cette dernière car elle est l’étape que je redoute le plus. Le grafting, j’en fais mon affaire, la couture du col maille par maille, j’ai ma petite technique mais la fermeture éclair, non je ne peux pas !
Il y a aussi ces superbes grannies que vous avez crocheté pendant des semaines, voir des mois et qui attendent que vous rentriez patiemment les fils. Cette phase méga fastidieuse dont on a l’impression d’être un condamné qui a pris pour perpétuité pour un crime qu’il n’a pas commis. Alors, oui, ils sont là dans leur sac à attendre que vous vous y colliez.

Mais je connais d’autres raisons bien pire qui ont conduit à l’abandon d’un pauvre petit tricot. La pelote de laine manquante, celle que vous avez hésité à ajouter à votre panier au moment de l’achat. Celle que vous allez regretter pendant des jours, des mois voir des années. Celle que vous recherchez de forums en forums car bien souvent acquise lors des soldes, synonyme trop souvent, de teinte abandonnée par la marque.

Dois-je parler des travaux à haute technicité dans lesquels, vous vous êtes lancés pleine d’espoir et de grandes résolutions. Le fameux passage à l’acte vers, au choix, les torsades diaboliques, la dentelle machiavélique ou le déchiffrement d’un pattern dans une langue non maîtrisée voir n’utilisant pas le même alphabet que vous.

Je ne peux oublier l’abandon en raison de l’arrivée de nouveaux fils complètement tentateurs, de la nouvelle collection absolument à entreprendre dans la minute qui suit ou pire le changement de saison. Vous n’allez quand même pas tricoté ce pull en mohair en pleine canicule, ni poursuivre ce gilet en coton en plein grand froid.

Il faut agir !

Il y a la SPA pour les animaux, il n’y a rien pour les ouvrages abandonnés. Ils dépendent entièrement de nous. C’est à partir de ce long cheminement et surtout parce qu’un de mes boulets m’attend juste à côté de ma table de chevet, que j’ai un beau matin pris une grande décision. Ne pouvant compter sur l’entraide de personnes de mon entourage, pas de tricoteuse ou de crocheteuse, j’ai décidé d’utiliser mon blog. Depuis avril 2013, tous les deuxièmes lundis du mois, je donne rendez-vous à des tricoteuses et crocheteuses qui ont décidé de reprendre leur boulet avec moi. Nous nous soutenons et nous retrouvons l’élan de reprendre l’ouvrage longtemps abandonné. Ce n’est pas une compétition, ce n’est pas un jugement, nous respectons le temps de chacune. Nous faisons ce que le tricot ou le crochet sont : un partage de nos ouvrages tout simplement.
Nos boulets prennent l’air, se font une beauté et redeviennent des projets remplis d’espoir. Alors, vous aussi, ayez ce courage et ressortez votre ouvrage caché pour lui redonner vie, vous en êtes tout a fait capable, je vous le certifie.

 

Un dos de veste Natalya victime d’une double malédiction : le changement de saison et le doute ! C’est une taille unique donc je crains de ne pouvoir rentrer dedans…

 

Le défi

L’équipe d’In the loop vous propose un KAL Ravelry  un peu spécial à partir d’aujourd’hui. Vous avez deux mois pour choisir l’un de vos projets boulets et le terminer. Profitez de l’entraide et des encouragements du groupe pour sortir de vos placards, ces morceaux d’un pull jamais cousus, et cette couverture en granny dont vous n’avez pas rentré les fils. Pour participer au Kal, allez sur notre Groupe Ravelry. Il y aura des cadeaux à gagner par tirage au sort fin Juin parmi ceux qui auront éliminé un boulet ! Alors on se motive !

Print Friendly

 

 

 
Emmanuelle
EmmanuelleJe me suis remise au tricot pour la naissance de mon aînée, il y a plus de 15 ans, déjà. De fil en laine, j'ai aussi repris le crochet et je lorgne de plus en plus vers la couture comme un nirvana ultra dimensionnel. Je suis une tricoteuse têtue qui ne lâche pas l'affaire pour quelques mailles récalcitrantes ou des degrés de difficulté trop ambitieux. Je veux me faire plaisir en tricotant ou crochetant des modèles qui m'ont séduite. Alors, je m'adapte et j'apprends bien souvent seule dans mon coin. Je vis à la campagne et je me sens souvent isolée avec ma passion de la laine. Pour y remédier, j'ai créé, il y a trois ou quatre ans un petit blog où je parle des moments de pause que je m'accorde. Puis j'ai mis mon pied dans Ravelry et un orteil dans Facebook et c'est devenu infernal avec ma connexion digne du temps des courriers par chouette....

| http://mapetitepause.over-blog.com| Mon profil Ravelry | Tous mes articles |



Tags:

30 commentaires sur "Nom de code : Boulet"

  1. claitte dit :

    J’en suis !
    Je ne traîne pas qu’un boulet et j’en défais parfois quelques uns (pour nous sauver tous les deux !!!).
    Le site Ravelry me permet parfois, au moment d’ajouter un nouveau projet, d’aller voir ma liste de boulets. Mais, oh faiblesse ennemie, je clique quand même et le nouveau projet parait…
    Bon, je vais aller loin dans le temps de ma liste de projets, je vais filtrer par « in progress » et plonger… rendez-vous sur le forum !

  2. Je l’avoue, j’ai plusieurs projets boulets, qui se traîne, qui se traîne.
    L’un date de mes débuts de tricot : je voulais à tout prix faire le cache-coeur croisé de la Droguerie, mais après de multiples péripéties (pb de taille, pb d’augmentations…) je l’ai refourgué au fond d’un sac.
    Une écharpe à torsade a eu le même sort car vraiment, elle était trop longue à tricoter, et la saison était passée… De fait, la saison est revenue plusieurs fois depuis, mais l’écharpe n’est jamais ressortie…
    Enfin, un GAAA attend patiemment que je continue à tricoter des carrés… La résolution prise l’année passée d’en tricoter un nouveau avant d’entreprendre tout nouveau tricot n’a pas tenu longtemps… MAis je vais bien finir par me remotiver !

  3. Anisbee dit :

    Je me suis reconnue bien sûr!
    Une bonne motivation pour ressortir au moins un boulet….

  4. Inés dit :

    Quel bonheur et quel soulagement pour moi, qui cache plus de boulets que de tricots terminés, de se découvrir, non pas tricoteuse à la ramasse victime de ses enthousiasmes, mais membre respectable d’une noble communauté ! Merci !!

  5. feedautomne dit :

    Emmanuelle, tu es adorablement amusante à lire ! Le coup de la SPA, j’avoue, là, tu me sidères ;-) .
    Ainsi donc, par ta rubrique « boulet », tu as ouvert en quelque sorte une ..SPTCA … société protectrice des tricots-crochets abandonnés ! Bon, comme tu sais déjà, je vous montrerai mes pénibles avancées d’ici peu. Très bonne journée à toutes.

  6. Potiron dit :

    Cet article arrive à point nommé!!! Je suis une experte en WIP, boulets, UFO que sais-je… pas trop en matière de tricot (disons que j’en ai moins que dans d’autres domaines, mais justement cette semaine j’ai ressorti un ouvrage que j’avais complètement défait après l’avoir complètement terminé!!!! Il était trop petit. J’avais essayé de le bloquer pour l’agrandir, mais rien à faire…. La laine étant trop belle, originale (et chère), j’ai décidé de recommencer le même ouvrage mais en modifiant certaines choses : la taille de l’aiguille entre autre, et je sais que j’y rajouterai une autre laine pour le bas puisqu’il m’en manquera forcément… Soit ça soit utiliser la laine pour autre chose. Mais quoi. Le problème étant que la laine faisait partie d’un kit, et donc je ne connais pas le mètrage au poids… difficile de choisir un projet qui mettrait cette laine en valeur sans savoir si j’en aurai assez!!!! dilemne.

    Sinon, j’ai toutes mes fleurs en crochet à assembler pour faire l’écharpe Phildar bohémienne d’il y a plusieurs années… En effet je l’ai faite quand le modèle est sorti, me remettant au crochet à ce moment là, mais ne sachant pas assembler… maintenant il faudrait le faire – enfin!!!

    Voilà 2 projets, je ne vous dis pas les autres…. j’irai jeter un oeil sur le KAL Ravelry…

    merci pour cet article ainsi que tous les articles sur ce site!!!

  7. Lorence dit :

    Quel plaisir de lire un article plein d’humour sur un sujet bien démoralisant, Le boulet,ouvrage enchainé à nous dont nous ne pouvons nous défaire faute de le finir!

  8. Mamie-Thé dit :

    Joli trait de plume comme on dirait pour un expert en écriture… Chère Emmanuelle ton article est parfait… Et tu le sais, je t’emboîte le pas pour protester contre l’abandon des pôvres « boulets » de toutes sortes… Car il faut bien le dire si « boulets laineux » il y a, « boulets d’étoffes » il y a aussi… Bon ce n’est pas le sujet ici… :)
    Mais je te félicite pour ton entreprise et ton joli succès… A tout bientôt pour notre rendez-vous… Même s’il faut bien le dire, certains « boulets » feraient peut-être mieux de rester au fond de leur panier… voire de leur grenier !!!
    :)

  9. zabelle dit :

    j’adore te lire!!!
    et vive le boulet!!!
    j’ai planqué mon dernier pour le ressortir plus tard….je sais c’est pas bien mas tant pis…vive la marinière et après bah y a un gilet qui m’attend et puis maintenant que ej fais pour moi je me donne le droit d’être difficile!!!!
    merci pour ta bonne humeur contagieuse!!!

  10. Tiphanie dit :

    Hum moi les boulets, après 9 mois ils sont détricotés, pas de pitié ! S’ils n’avancent pas c’est qu’il y a une raison !
    Mais j’ai des projets en attente c’est vrai, ça peut être l’occasion de les terminer pour de bon !
    Merci pour cette initiative !

  11. Sylvie dit :

    J’ai adoré lire ton article avec ce brin d’humour et un style fort plaisant.
    Je me suis dit ‘non je n’en fais pas (ou plus) partie ». Et mince le KAL un an plus tôt j’avais moi aussi un tricot boulet qui avait trainé au fond d’un panier avant que je me décide à le terminer.
    Mais au fond à y réfléchir, dans mon énorme stock de laines, il y a quand même quelques tricots boulets, mais pas du genre « y a plus qu’à coudre », parce que ça en général je le fais dans la foulée ou pas, parce que je fais de plus en plus de top down. Non moi ce serait plutôt des choses trop petites ou qui ne plaisent pas, à détricoter et ça aussi c’est un boulet…
    Bref, je m’arrête et merci pour cet article que j’ai pris plaisir à lire.

  12. freD dit :

    moi j’en ai pas de tricots boulets, si ça ne va pas je le défait d’emblée et je change de projet et je ne commence qu’une chose à la fois (mais entre 2 grands projets, je teste parfois un point de tricot ou un petit truc en crochet)….
    bon par contre j’ai plein de laines en attente et ça parfois c’est un peu boulet quand même.
    bonne éradication de tous vos projets boulets…

  13. Limue dit :

    ;-) )
    Mon boulet…. un châle islandais. Triple malédiction : la pattern indéchiffrable, la laine in-détricotable, le changement de saison ! du coup, une fois perdue dans les jetés, surjets etc….. impossible de détricoter pour se re-caler, de reprendre le fil et… le prétexte des beaux jours pour ne pas persévérer….. pfffff……

  14. BoomerMoya dit :

    Super article, bien sur qu’on s’y reconnait toutes !! Pour l’instant malheureusement je suis re-victime de mes poignets douloureux , cause pour partie d’ailleurs de certains de mes boulets, et je dois y aller molli, mais bonne initiative, c’est sur que a plusieurs ça motive !
    celine

  15. Sandra dit :

    :D :D :D Il me semble que je reconnais cette écharpe… un boulet japonais non ? Boulet ici aussi mais qui a fini plus mal, pour cause erreur dans le motif et mohair impossible à détricoter.

    Merci pour cet article, ça rassure !

  16. Senlis dit :

    J’applaudis des deux mains pleines d’aiguilles au style alerte d’Emmanuelle,à ses remarques fines et clémentes!
    Le sujet du KAL est vraiment une excellente idée,les projets nouveaux, personne n’en manque, mais prendre le temps d’un retour en arrière,avec la motivation d’un échange me touche beaucoup.J’apprécie énormément de trouver en filigrane dans ce webzine cette façon de prendre du recul,cette bienveillance,bref,cette humanité.

  17. Marie dit :

    Je n’hésite plus à détricoter. Même quand j’ai rentré tous les fils. Par contre, j’ai un plaid boulet à bloquer et à assembler (tous les fils sont rentrés !)… Vais-je me laisser tenter ? ;-)

  18. CathyM57 dit :

    En fait tout est boulet je fais un blocage je suis incapable de finir quelque chose pour moi ,pour les autres oui pour moi non .Alors les boulets ……..

  19. Alice dit :

    Oh j’en suis aussi.
    J’ai un projet boulet… un truc tout simple pourtant mais le résultat ne m’ayant jamais plus je l’ai défait 3 fois.
    Une simple écharpe pour mon mari avec des rayures noires et rouges, comme il me l’a demandé il y a maintenant 2 ans !

  20. By Night dit :

    aaah mince, ce super article et cette merveilleuse idée arrivent pile trop tard pour moi… j’ai terminé mon boulet crochet vendredi après près de 15 mois de « sommeil » et j’ai détricoté mon boulet tricot hier soir pour récupérer la laine pour faire autre chose… mai sje suis curieuse de suivre l’aventure des autres motivées!

  21. Az dit :

    Quel heureux hasard de lire ce post ce matin (et le fou rire qui va avec)!
    Aloooors:
    - j’avoue 17 boulets au confessionnal (mais j’en oublie peut-être, ceux-là sont sur une liste)
    - le maxi-boulet c’est un immense plaid au point mousse, le truc inintéressant au possible, qui pèse deux tonnes et vous donne des suées de genoux.
    - Hier soir j’ai fini un boulet: je l’ai jeté, eh oui!!! Même pas honte, même pas mal. Une écharpe qui ne rendait rien du tout dans la laine choisie, pas pratique à défaire, je perds juste une pelote, tant pis.
    - Je crois reconnaître la ravissante Horai Scarf sur les photos: j’ai le modèle mais je n’ai pas compris le point: youpi (du coup), je ne traîne pas ce boulet-ci, héhéhé…(penser à prendre une pelote de sécurité le jour où je comprendrai le modèle)
    - Mon boulet le plus ancien a 20 ans, mais c’est un patchwork. Mon tricot-boulet le plus vieux a « seulement » 7 ans: un gilet taille 12 ans pour ma file qui en aujourd’hui 15….j’espère un jour le finir pour moi en le rallongeant un peu (si j’ai assez de laine, etc…sinon c’est la mise en abyme du boulet)
    - je vais aller voir la veste Natalia, qui me fait subitement de l’oeil, mais il ne faudrait apas que les boulets des autres deviennent aussi les miens, non mais! :D !!!
    - Bon, je réfléchis au groupe des boulets anonymes, c’est une chouette bonne idée, mais j’ai peur d’y rester 20 ans sur le même tas de laine. (Bonjour, je m’appelle Az et je traine des boulets…Bonjour, Aaaaz! »)

    So, bon courage à toutes, le boulet ne vaincra plus!

  22. Hum… Hum… Je ne dis rien… mais vraiment rien… mais je n’en pense pas moins… rires et bisous

  23. maorie dit :

    L’idée est super ! J’ai eu un projet boulet que j’ai déménagé au moins 3 fois jusqu’au jour où j’ai détricoté et tricoté 2 petites choses pour enfant . Il reste encore de quoi faire un petit ouvrage . Mais depuis je n’ai plus qu’un ouvrage en cours, donc pas de boulet sauf dans ma tête et dans mes stocks de laine ;-) .. Bon courage à toutes les participantes .

  24. [...] Je vous explique : Emmanuelle, la facétieuse initiatrice de nos « boulet’s day » a publié un article sur « in the loop », the référence en matière de tricot et autres travaux d’aiguilles ! cloc cloc [...]

  25. zabou38 dit :

    je profite toujours de mes vacances pour finir les encours trop long, les boulets accumulés tout au long de l’année … et il y en a !
    cette fois ci, je suis en vacances pour encore une semaine et devinez ce que j’ai apporté avec moi ? pas loin de 4 encours (le sac de tricot/crochet est aussi grand que la valise) !! je vous rejoint sur ravelry !

  26. beacar dit :

    on ne peut que piteusment se reconnaitre dans ton article….mais..grâce à toi , j’ai déjà ressorti et terminé 1 boulet!!!! c’est stimulant de se sentir moins seule face à son panier d’en cours oubliés….j’en ai encore quelques uns mais je suis motivée!!!

  27. EclatDuSoleil dit :

    Ah ah ah, les boulets ! J’en retrouve régulièrement au fond de mes paniers quand je range. Et je fais dans le radical : l’ouvrage pas touché depuis plus de six mois, c’est remise en pelotes direct. C’est dingue comme ça soulage de faire disparaitre un boulet du panier en quelques minutes ! Et en plus, on peut recommencer à rêver à ce qu’on va bien pouvoir faire de splendide dans ce fil, vraiment, que du bonheur ! Certaines de mes amies du tricot-thé sont horrifiées quand je dis qu’en moyenne, je travaille mes fils à peu près 2,5 fois, entre les prototypes de créations qui ne rendent pas l’effet escompté, les ouvrages commencés à la lumière électrique et qui ne me plaisent plus du tout à la lumière du jour, voire, mais de moins en moins souvent, car on finit par apprendre, la coupe superbe sur le mannequin… mais terrible pour ma silhouette nettement moins mannequin… bref, « frogger » comme disent les américaines, c’est mon meilleur remède, parce qu’un truc que je n’ai pas envie de finir, je n’aurai pas envie de le porter non plus, donc… autant passer à autre chose, on est d’abord là pour se faire plaisir, non ?

  28. [...] Le secret le mieux gardé de tous les pratiquants des arts de la laine ou du fil, va vous être révélé dans cet article. L'ouvrage boulet, vous ne connaissez  [...]

  29. [...] je n’ai finalement pas pu me rendre au rendez-vous tricot spécial projet boulet proposé par In the loop au [...]

2012 - 2014 Intheloop.fr   ||   Licence Creative Commons (CC BY-NC-ND 2.0 FR)   ||   Mentions légales