Ravelry : le réseau social indispensable

Intheloop a définitivement fermé !
Le site reste en ligne pour vous permettre d'accéder aux archives. Les commentaires et le forum ont été désactivés.

Si vous aimez le tricot vous connaissez sans aucun doute Ravelry, outil indispensable pour s’organiser et se renseigner sur la laine et le modèle. D’ailleurs nous consacrons régulièrement des articles à ce qui fait le buzz sur ce réseau social. Mais savez-vous comment est née cette plateforme incontournable ? Voici la jolie histoire d’une tricoteuse américaine. 

Ravelry en quelques chiffres pourrait se résumer à cela :

  • Plus de 3 millions d’inscrits en 2013
  • 1,3 millions de modèles vendus en ligne en 2012
  • 71 000 dollars de dons par les utilisateurs en 2008
  • 1,2 millions de dollars de chiffres d’affaires en 2009
  • 4 patrons de tricot achetés par minute en 2009
  • Un scandale lié au fait que le comité Olympique a voulu interdire le terme « Ravelympics » pour la compétition de tricot organisé par le site !

Par ailleurs des personnes comme Jared Flood ou Ysolda Teague n’auraient jamais pu vivre en vendant des patrons de tricot si le réseau social n’en avait pas fait des stars. Le premier a créé sa propre marque de laine à tricoter et publie régulièrement des catalogues de mode à faire pâlir de honte les photographes œuvrant chez Phildar et compagnie. La seconde est régulièrement sollicitée par les éditeurs pour créer des modèles ou faire de la promotion et animer des ateliers.

De fil en aiguille

Tout commence en 2004 lorsque Jessica Forbes crée un blog sur le tricot où elle partage ses dernières créations. Elle n’est pas du tout la mamie à laquelle on peut s’attendre mais une trentenaire. La jeune femme de Boston rêve bientôt d’un site communautaire où chaque tricoteuse pourrait partager ses conseils, échanger des écheveaux de laine, ou commenter des patrons. C’est à la fois une gigantesque encyclopédie vivante rassemblant tous les modèles, toutes les laines et toutes les informations utiles à une tricoteuse.

Plus encore, chacune peut y mettre sa galerie personnelle avecses travaux en cours ou achevés. Elle donne une première esquisse de ce site en avril 2005 dans un billet qui reçoit 95 commentaires enthousiastes. Avec son mari Casey (qui est codeur), elle se lance alors dans la création de ce site alliant réseau social, encyclopédie et librairie virtuelle.

Assez vite, Jessica et Casey Forbes démissionnent de leurs emplois respectifs pour ne se consacrer qu’au site qui aujourd’hui fait vivre cinq personnes à plein temps. Actuellement, le réseau possède des sources de revenus diversifiés ce qui a permis au couple de décliner les offres de rachats.

Outre la publicité, le merchandazing et les dons et la vente de modèles en ligne, Ravelry touche une commission pour les livres de tricot vendus sur Amazon grâce à leur base de données. Le site organise aussi des salons et fait payer certaines fonctionnalités. Mais 99% des fonctionnalités du site sont gratuites et les designers de tricot touchent plus de 90% du chiffre d’affaires généré par les ventes. C’est une formidable opportunité pour toutes les créatrices qui souhaitent se lancer et gagner un peu d’argent grâce à leur modèle de tricot.

Depuis 2008, le site n’a jamais été dans le rouge et il est devenu le réseau incontournable pour les tricoteuses.

 

Fil rouge

Le succès de Ravelry est en partie lié à sa formidable base de données et ses outils de recherche.

Vous avez trois pelotes de laine et ne savez pas quoi en faire ? Il suffit de rentrer les références et de cliquer sur les suggestions de modèles. Vous pouvez affiner la recherche en entrant le métrage que vous avez à votre disposition et admirer les réalisations d’autres tricoteuses avec une même laine.

Vous n’aimez pas coudre les différents éléments d’un cardigan une fois tricotés ? Vous pouvez sélectionner les méthodes de construction des modèles pour ne faire apparaître que celles que vous souhaitez.

Vous adorez la laine utilisée pour tel tricot ? Vous pouvez savoir où la trouver en un clic.

Selon moi, le plus intéressant est le bouton « Ravel it ! » que vous pouvez ajouter à votre navigateur pour accéder directement au modèle dans la base de données.

L’autre élément essentiel de Ravelry réside dans ses fonctionnalités communautaires. On peut « aimer » des modèles réalisés par d’autres membres, mettre en « favori » des patrons, des laines ou des designers, avoir des « amis » partout dans le monde et voir ce qu’ils ont réalisé, commenter les modèles et expliquer les modifications qu’on a apporté lors du tricot. Un très gros forum vient compléter le tout pour celles qui se spécialisent dans le tricot de châles ou de chaussettes, celles qui butent sur tel ou tel modèle, celle qui veulent discuter de tout et de rien.

 

Enfin pour les designers, Ravelry est un espace de médiatisation et de vente très performant. La commission du site est faible et le bouche à oreille efficace.

Personnellement, je tricote depuis trois ans et je n’achète plus que des modèles vu et/ou disponible sur Ravelry. Plus encore, avant d’acheter de la laine, je vérifie ce que je peux en faire sur le site. Et grâce à ce site, je me sens beaucoup moins isolée dans ma monomanie tricoteuse.

Pour celles qui n’osent pas encore se lancer dans Ravelry, Intheloop fournit plusieurs tutoriels en français. N’hésitez pas à lire les SOS Ravelry !

Print Friendly

 

 

 
arsenicetvieillelaine
Je tricote depuis quatre ans et depuis que j'ai découvert les aiguilles circulaires il m'arrive même de tricoter en marchant (OK, je marche lentement et je me prends des plots, mais j'y arrive).

| http://bounthavy.com| Tous mes articles |



17 commentaires sur "Ravelry : le réseau social indispensable"

  1. Jakecii dit :

    Bonjour !

    Tricoteuse depuis à peine un an, je considère Ravelry comme une bible. Je peux enfin tricoter des projets à mon goût, sans me focaliser uniquement sur les catalogues français classiques et bien connus. L’outil recherche de patrons est très complet et détaillé.
    Du coup, je m’y suis très vite familiarisée. Même en anglais, le site est très instinctif.

    J’ai seulement un soucis pour tous les outils sociaux. Vous parlez par exemple de la fonction « Ravel it! » que nous pouvons ajouter à notre navigateur. Je vois aussi un bouton « 1235 projects » par exemple à la fin de certains articles sur les blogs des tricoteuses…
    Impossible de trouver ses outils sur Ravelry, pourtant j’ai bien fouillé les forums, les pages aides…
    Je trouve les bannières à ajouter dans les menus de nos blogs, mais pas c’est tous petits outils astucieux.

    In The Loop, envisages-tu de faire un SOS Ravelry (7) : Geek attitude, pour celles qui trainent un peu sur ces sujets ?

    A bientôt,
    Jakecii

    • Caroline Caroline dit :

      Pour le bouton htlm avec le nombre de projet,quand tu es sur la page d’un patron sur Ravelry tu cliques sur l’onglet « projects » et tout en bas de la page tu as le bouton avec un lien « Get button html » ensuite en copiant/ collant le code de ce lien dans le html de ton blog le bouton avec le nombre de projets apparait et il augmente en temps réel avec le nombre de projets.

  2. Bonjour,

    En fait la plupart de ces boutons sont listés sur cette page : http://www.ravelry.com/about/goodies

    Ces outils sont destinés aux blogs des tricoteuses et servent aussi à chercher plus facilement certains éléments dans Ravelry (notamment le bouton ravel it sur lequel j’appuie systématiquement quand un modèle me plait).

    Autre outil intéressant mais en dehors de Ravelry : Pinterest. C’est un tableau de liège virtuel sur lequel vous pouvez épingler les images coups de coeur et modèle dont vous souhaitez vous inspirer. Voici le tableau d’une tricoteuse : http://pinterest.com/sarahcita/knitting-crocheting-ravel-it/

    Ensuite, euh, faire un SOS Ravelry spécial ? pourquoi pas ! Je n’y avais pas vraiment pensé.

  3. batilou dit :

    Et le site a démarré sur les chapeau de roues, parce que dès l’automne 2007 il fallait attendre plusieurs semaines pour que l’inscription soit validée et avoir accès à Ravelry!
    Quand ils sont venus à Strasbourg en 2009 elles nous avait dit combien ils recevaient de demandes par jour. Je ne me souviens plus, mais c’était assez incroyable de voir à quoi ressemble un bouche à oreille mondial.Le monde des tricoteurs (euses) est une vraie toile d’araignée :-)

  4. pivoine dit :

    Ben moi, je n’ose pas encore me lancer, je n’ai repris le tricot qu’à l’automne, j’ai l’impression que Ravelry est réservé aux tricoteuses chevronnées qui savent tricoter en rond, ce qui n’est pas mon cas. Et puis je serai frustrée de ne tomber que sur des patrons en anglais…

    • batilou dit :

      Pivoine > tricoter en anglais n’est pas plus difficile. Le premier modèle que tu feras sera un peu galère parce qu’il te faudra prendre le temps de comprendre les termes, et il existe plein de lexique tricot sur internet et des groupes d’aide sur Ravelry.
      Le deuxième sera déjà plus facile et les suivants aussi simples que des tricots français.
      Beaucoup de tricoteuses qui ne tricotent que des modèles en anglais ne parlent que très peu, voir pas du tout cette langue.
      C’est un peu comme si tu décidais aujourd’hui d’apprendre le crochet en étant obligée pour chaque terme, maille serrée, bride etc… de te référer aux explications du point. Au modèle suivant tu en auras déjà retenu quelques uns et ainsi de suite.

      Pour ce qui est de tricoter en rond c’est la même chose.Pas besoin d’être chevronnée pour tricoter en rond. C’est même plus facile puisque tu ne tricotes qu’à l’endroit.

      Je crois que tu devrais essayer, c’est dommage de te priver de jolis modèles en pensant que les choses sont compliquées. Sans compter qu’il y a beaucoup d’endroit où tu pourras trouver une aide de dépannage comme on en a toutes eu besoin un jour.Ce site, par exemple :-)

    • Je confirme : Ravelry est pour tout le monde et il y a plein de modèles gratuits en FRANÇAIS :D
      Donc ce serait bête de s’en priver. Et c’est une mine indispensable pour trouver des idées de projets, de laines, de nouvelles techniques à essayer.

      (NB : et je jure que je n’ai pas d’action dans ce site)

  5. orchidede dit :

    Ravelry est une mine d’or ! Après avoir appris à tricoter toute seule il y a quatre ans , j’ai longtemps refusé de m’y inscrire à cause de la barrière de la langue qui me semblait infranchissable ( je suis nulle en anglais ) et aussi parce que les modèles « taggés » Ravelry que je voyais fleurir sur le net me semblaient bien trop compliqués … un jour j’ai fais le pas : je me suis inscrite et .. oh , le bonheur ! que de modèles avec le choix de l’interprétation de chacun , de la laine à n’en plus finir et surtout une fonctionnalité du site qui permet de trouver exactement ce qu’on cherche . Maintenant , je fais du tricot dentelle en « anglais dans le texte » sans même avoir besoin de traduire , d’ailleurs certains termes de tricot , je ne les connais qu’en anglais ! J’ai découvert de multiples techniques , de points , de montage , etc. grâce à Ravelry . De débutante balbutiante , je suis devenue une tricoteuse experte , passionnée , voire acharnée parfois ! Ma soeur , qui tricote beaucoup , avait les mêmes réticences que moi ; sur mon insistance elle a fini par s’y inscrire pour son plus grand bonheur également . Ravelry : c’est mon paradis , ma bulle de bonheur , ma source d’inspiration inépuisable . Mon seul regret : ne pas m’être inscrite plus tôt !

  6. Anne dit :

    Cela ne fait pas longtemps que je tricote mais j’adore ravelry! c’est d’ailleurs grâce à votre site que je me suis décidée à m’y inscrire.
    C’est une vraie mine, mais un lieu de perdition aussi :)

  7. Mili Mali Malou dit :

    Oh là là ! Je cherche et je ne trouve pas ce fameux bouton Ravel it… Quelqu’un peut m’aider ? Merci

  8. Mili Mali Malou dit :

    Merci beaucoup Elise !

  9. Lea67000 dit :

    Pas moyen de trouver le « Ravel it! » (il y a un « project tag search » au bas de la page des patrons chez moi) et pourtant je suis une grande fan de Ravelry mais je passe le plus clair de mon temps sur le forum en bonne pipelette que je suis.

    • Elise Elise dit :

      Lea, juste à gauche de ce « project tag search » tu as une section « Firefox and Safari users:  » et le bouton est là (il est discret j’avoue que je ne l’aurais pas trouvé toute seule ;) )

  10. Emmanuelle dit :

    Ravelry c’est une vraie bulle d’air pour toutes les tricoteuses isolées ou qui ne se dévoilent pas. En plus pas besoin d’avoir un blog pour y accéder. Et une fois que l’on y a pris goût il est très difficile de s’en passer.

2012 - 2014 Intheloop.fr   ||   Licence Creative Commons (CC BY-NC-ND 2.0 FR)   ||   Mentions légales