Conserver la forme d’un pull

Intheloop a définitivement fermé ! Le site reste en ligne pour vous permettre d'accéder aux archives.

Tous les tricots ne sont pas égaux, et toutes les laines ne le sont pas non plus. Si vous aimez votre tricot et que vous y avez passé un nombre incalculable d’heures, vous serez d’autant plus heureuse de maintenir sa forme d’origine sur la durée, malgré le fait que vous l’avez porté tout l’hiver dernier et attendez avec impatience le froid pour sortir votre pull fétiche de son placard. Voici quelques conseils pour éviter que vos futurs ouvrages ne se déforment.

À quoi faire attention ?


Il existe certains critères qui peuvent modifier la tenue d’un pull ou d’un gilet dans le temps :

  • La matière

Cela peut sembler évident, mais rappelons qu’en fonction de la laine que vous utilisez, le rendu n’est pas le même. Typiquement les ouvrages tricotés avec de la soie, du bambou, de l’alpaga et autres matières fluides ont tendance à « tomber » plus.

La différence peut ainsi porter sur le type de matière : animale ou issue de plantes. Les fibres animales sont « résilientes » (comprendre que si vous étirez le fil, il remonte naturellement de façon élastique) alors que pour les fibres telles que soie, coton, lin, ramie et rayonne, la résilience est quasi nulle. Les mailles faites en laine résilientes ont une mémoire et tiennent bien leur forme. Celles qui ont peu de résilience vont s’avachir, s’étirer. Il faudra dans ce cas tricoter l’ouvrage à votre taille exacte, ou un peu plus petite.

Les laines sont aussi plus ou moins aérées. Pressez un brin de laine entre vos doigts. Si la laine s’aplatit puis gonfle rapidement à nouveau (exemple : mérinos), elle saura maintenir sa forme. Si au contraire la laine ne se comprime pas (certains cotons par exemple), l’ouvrage final peut pendre, s’affaisser.

Le cintre, à bannir !

  • Le point utilisé

Le point qui à ma connaissance s’étire le plus en longueur, c’est évidemment le point mousse. Sachez qu’il s’étire aussi en largeur ! Cela peut devenir gênant si vos manches tout en point mousse sont déjà un peu grandes : il est probable qu’après quelques portages, elles s’étirent encore plus ! Évidemment, avec des laines moins « douces » et moins « lisses », on limite un peu les dégâts car les laines qui « grattent » ont tendance à mieux tenir en place.

Le point de jersey lui aura tendance à s’étirer légèrement en hauteur et à se réduire en largeur. Il est déconseillé de terminer son ouvrage en jersey sans le maintenir par une autre finition (ourlet, côtes, etc.) car il est quasiment impossible d’empêcher le jersey de rouloter aux extrémités, sauf si c’est un effet voulu. À noter : le jersey envers s’étire moins bien que le jersey endroit, qui est plus souple et épouse mieux les formes. Ce point a tendance à faire l’inverse du jersey endroit : il s’étire en largeur et réduit en hauteur.

  • Le poids

Plus il y a de laine dans l’ouvrage, plus il est lourd. Certaines laines pèsent aussi plus lourd pour le même métrage. Malheureusement, les pulls tricotés main obéissent eux aussi à la gravité, comme toute chose. Si vous conjuguez un gilet très long avec de l’alpaga par exemple et du point mousse tricoté en rond sans aucune couture, vous avez là tous les ingrédients pour vous assurer qu’il vous arrive plusieurs centimètres plus bas dans quelques mois.

  • Le stockage

Attention, un pull tricoté main et suspendu sur un cintre a un fort potentiel de déformation ! Prenez soin de vos ouvrages en les stockant pliés sur une étagère.

Alors que faire ?

Le but n’étant pas de s’empêcher de tricoter ce dont on a envie, ni de pointer du doigt certaines matières, il suffit de connaître quelques règles de base.

  • Les coutures

Si les pulls ont été pendant longtemps tricotés en plusieurs pièces ensuite cousues ensemble, c’est pour une raison très simple : la couture maintient les mailles et limite les risques de déformation.
Il n’est pas rare de voir des tricots renforcés aux épaules par la couture d’un biais à l’intérieur de celles-ci. Il n’est pas recommandé de renforcer ainsi tout le pull car le biais cousu peut avoir un impact néfaste sur l’étirement du pull, lui donnant une forme étrange. Mais pour les épaules, c’est une pratique fréquente. Vous pourrez remarquer sur certains pulls du commerce, de qualité, que c’est aussi le cas de l’encolure : le biais renforce la tenue, le pull ne bouge pas.

  • Les bordures d’un gilet

Il faut savoir qu’une bande de boutonnage en côtes s’étirera toujours ! Même si vous la tricotez séparément, si vous la faites plus petite, elle finira par s’étirer. J’ai eu le malheur de pouvoir à nouveau le confirmer il y a quelques mois avec un gilet qui pourtant était très lâche à la base : on a beau faire les boutonnières bien au milieu de la bande de boutonnage,  les boutons sont tirés, la bande bouge et, très rapidement, les boutons sont décentrés, dans le meilleur des cas. Si cela vous dérange, optez pour une modification du point (mousse, blé, riz ou autre point texturé qui tiendra mieux à cet endroit particulier).

Certains aiment aussi coudre un galon au dos des bandes boutonnières. Ce n’est pas toujours facile à conjuguer avec des trous pour les boutons, mais cela peut aider à maintenir en place le devant d’un gilet.

  • Phoney seam

Si comme de nombreuses tricoteuses vous avez juré de ne plus jamais tricoter de morceaux et de ne faire que des ouvrages d’une seule pièce, il existe une autre solution.
Phoney Seam, ou en français, traduit rapidement par « couture bidon » ou « fausse couture », est une technique vulgarisée par Elizabeth Zimmermann. Cette technique consiste à modifier le tricot en créant une fausse couture qui renforce beaucoup l’ouvrage. L’idée est de défaire toute une maille jusqu’en bas, et ensuite de la relever au crochet, selon un rythme 2/1/2/1… tout le long de l’ouvrage. Le résultat est une maille légèrement plus serrée, peu visible, qui maintient bien l’ouvrage. Cette nouvelle rangée de mailles sera par exemple utile sur les côtés d’un pull tricoté en rond.

Voici le tutoriel des « phoney seams » en vidéo :

Lien vers la vidéo en cas de soucis

Print Friendly

 

 

 
Elise
ElisePartager la connaissance a toujours fait partie de ce qui me motive, m’anime, et ça, depuis les tout débuts d’internet. Plus j’échange, j’apprend et je transmet, plus je me sens épanouie. Et en plus, on rencontre plein de personnes géniales ! Je suis principalement en charge du site, d’un point de vue technique, design et maintenance donc si vous remarquez un bug, pensez à m’en parler ! Mon dada se centre sur la pédagogie autour des arts de la laine, la découverte de nouvelles techniques surprenantes, et la traduction de patrons anglais. J’espère pouvoir rencontrer encore plus de passionné(e)s, apprendre avec vous, et partager ma passion.

| http://madewithlove.fr/| Mon profil Ravelry | Tous mes articles |



15 commentaires sur "Conserver la forme d’un pull"

  1. K. dit :

    Merci pour cet excellent article!
    In the loop me plait pour ces articles en profondeur, comme aussi la rubrique « un an après »
    Continuez!!

  2. hélène58 dit :

    instructif ! merci

  3. Tata tricot dit :

    Super cette vidéo sur le Phoney Seams! Merci!

  4. très intéressant cet article. Merci !!

  5. Sylvie dit :

    Cet article est intéressant mais me laisse un peu septique quant à ma façon de tricoter. J’ai adopté avec plaisir la technique top down et autre tricotage sans couture, alors l’idée d’une fausse couture… Par ailleurs je m’interroge sur la différence entre le point jersey envers et endroit, qui pour moi est le même ; est-ce dans la façon de le porter que l’étirage est différent ?

  6. limue dit :

    Je comprends mieux pourquoi mon pull en soie ressemble a rien, ainsi que mon en-cours en alpaga ! ;-)
    Merci pour toutes ces infos.

  7. Gabuzo dit :

    Oui, je me faisais la même reflexion que Sylvie à propos du jersey : à l’envers ou à l’endroit : ça reste du jersey. Est-ce que l’effet viendrait du sens des fibres qui frottent contre le corps ? Ah, un nouveau et beau sujet vient de naître : la tribologie fibreuse !
    Quant à la fausse couture, elle se pratique aussi pour faire des ourlets verticaux. Ex. avec la Trina de Hilary Smith Callis. En fait, on ne reprend pas la maille après l’avoir lâchée, mais on se contente de la glisser un rang sur deux. Le résultat est le même, et on ne fait le boulot qu’un fois ^..^

  8. Anne dit :

    une fois de plus, un article hyper intéressant! en tant que tricoteuse récente, je découvre petit à petit tout ce qui est évoqué dans cet article, les pull qui s’étire, les manières plus ou moins lâches…
    et les crochets amour de clover que je vois sur les photos… ils sont géniaux!!!

  9. Senlis dit :

    Je ne connaissais pas cette méthode…N’obtient-on pas le même effet avec la maille double tricotée au fur et à mesure comme dans la vidéo suivante, sans l’angoisse du lâchage de maille et de la remontée acrobatique d’échelle ?
    http://www.garnstudio.com/lang/fr/video.php?id=414&sort=2&thumbnails=on
    (si le lien ne fonctionne pas, c’est la première vidéo de maille double des vidéos tricot de Drops Garnstudio)
    Avantage non négligeable des fibres qui s’étirent:le tricot qui grandit en même temps que l’enfant…super économique!

  10. Elise Elise dit :

    Senlis, ca y ressemble un peu on dirait dans le concept, pas totalement dans le rendu final. Je ne connaissais pas merci pour le lien !

    • Senlis dit :

      De rien,j’ai découvert cette vidéo il y a seulement 3 semaines quand j’ai voulu me tricoter un col qui comportait des répétitions de cette fameuse « maille double »…avec ton article, ça a fait « tilt »!

  11. Cécile dit :

    Merci pour cet article, et pour tout le blog en fait !!!
    Je viens toujours par ici avec un immense plaisir.
    Bon week-end.
    Cécile

  12. cath271 dit :

    merci , très intéressant!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

2012 - 2014 Intheloop.fr   ||   Licence Creative Commons (CC BY-NC-ND 2.0 FR)   ||   Mentions légales